La visite pubertaire

Quand la réaliser ?

Elles sont conseillées entre 5 et 18 mois en fonction de la race de votre chien.

Pourquoi la réaliser ?

Comme chez l’être humain, la puberté constitue un bouleversement hormonal avec des répercussions sur le comportement, la sexualité et la croissance.

Vérifier sa croissance

Il est important de vérifier que la croissance se déroule de manière harmonieuse. Le dernier vaccin a lieu vers 4 mois, le suivant à un an passé, entre ces deux visites il se passe beaucoup d'évènements dans la première année de votre animal! Parce que chaque individu est différent, il est aussi important d'adapter au mieux son alimentation.

PArler de son comportement

Tant qu'il est encore jeune, il est facile de "corriger" certains comportements. Plus on laisse le temps s'écouler, plus le comportement s'installera et cela s’avérera plus compliqué de le modifier.

LA VISITE PUBERTAIRE, QUAND LA FAIRE ?

  • Un caniche ou autre chien de moins de 10 kg sera pubère vers 5 à 6 mois.
  • Un cocker ou autre chien entre 10 et 20 kg sera pubère vers 6 à 7 mois.
  • Un berger ou autre chien entre 20 et 40 kg sera pubère vers 10 à 12 mois.
  • Un chien de race géante : montagne des Pyrénées ou terre neuve sera pubère à 15/18 mois.

POURQUOI LA REALISER ?

Votre chiot a été vacciné entre 2 et 4 mois contre les maladies classiques et peut être après 4 mois contre deux maladies transmises par les tiques (Piroplasmose et Maladie de Lyme).
A cette occasion, vous avez reçu des conseils concernant l’alimentation, l’éducation, la reproduction et la croissance de votre chien.
Par comparaison avec l’être humain, si votre chiot n’est revu qu’au rappel de vaccin de l’année suivante, c’est comme si votre enfant ne voyait pas le pédiatre entre 5 et 20 ans !

S'INTERRESSER A QUI IL EST.

A la puberté, on vérifie que votre chiot n’est ni trop peureux ni trop actif.
Lors de la visite vaccinale, vous avez reçu des conseils  d’éducation pour assurer le bon développement de votre chiot.
Un chiot présente une plasticité cérébrale maximale jusqu’à 4 mois, ce qui lui permet de s’adapter très vite à la nouveauté.
On vous a donc incité aux manipulations, aux sorties, bref à satisfaire la curiosité naturelle de votre chiot…
Peut-être vous a-t-on posé ces questions :

  • A quel âge avez-vous votre chiot ? Jusqu’à quel âge est-il resté avec sa mère ?
  • A quel âge a-t-il eu des contacts avec le monde extérieur et les conditions de vie qui lui étaient destinés ?
  • SI votre chiot était peureux, cela s’est-il arrangé avec les conseils et la médication éventuelle donnée ?
  • La peur est une émotion normale, l’excès de peur est un trouble du développement lié à une
    insuffisance de  stimulations du chiot avant 4 mois : le syndrome de privation.
  • Stimuler votre chiot, satisfaire sa curiosité, OUI, mais… Votre chiot ne doit pas non plus être dans l’excès d’activité :
    – a t’il grandi au contact de chiens adultes ?
    – jusqu’à quel âge a t’il été avec sa mère ?
    – est-il capable de dormir par moment la journée ?
    – aboie t’il souvent de façon insupportable ?
    – est-il agité ? Vous saute t’il dessus ?
    – s’il est agité, pensez-vous que cela puisse passer tout seul avec le temps ?
    – est-il brute ? Avez vous les mains écorchées par ses griffures ou ses « pincements » ?
  • Bref a t’il acquis ses autocontrôles ? 
  • L’hyperactivité est le second trouble du développement contre lequel on peut lutter dès le plus jeune âge par la mise en place de jeux visant à apaiser votre chiot, à le canaliser. Un traitement médical peut faciliter ces nouveaux apprentissages.
    La visite pubertaire permet de faire le point sur l’existence de ces 2 troubles du développement, de mettre en place la thérapie adaptée nécessaire, de contrôler l’efficacité de la thérapie déjà entreprise.
    L’éducation du chiot vise à obtenir son autonomie.