être à la
pointe de la technologie

Pour un diagnostic plus rapide et plus sûr

Biochimie, numération formule, titrage hormonaux (T4, progesterone,…), il s’agit des analyses de première intention qui permettent d’aiguiller les vétérinaires sur l’état de santé de vos petites bêtes. 

Pas besoin d’attendre plusieurs jours : en quelques minutes nos appareils délivrent aux vétérinaires les informations dont ils ont besoin.

La radiographie numérique est plus sûre, moins polluante, et plus simple à utiliser que la radiographie argentique.

On obtient souvent plus d’informations à partir du post-traitement numérique. 

Nous nous sommes équipés depuis 2010, et nos patients bénéficient d’un diagnostic radiographique de la meilleure qualité qui soit ! 

Cette méthode permet, grâce à l’utilisation d’ondes ultrasonores, de reconstruire des images dynamiques des différents tissus. On peut ainsi explorer la structure interne des organes (reins, foie, pancréas, vessie, rate, prostate…).

Cet appareil est aussi utilisé pour effectuer des prélèvements avec guidage échographique: récolte d’urines ou ponction à l’aiguille fine afin de réaliser une cytologie sur des masses suspectes mais également pour réaliser des échographies cardiaque.

Une surveillance de tous les instants

Le "monitoring"

Un ensemble d’outil nous permet de connaitre en temps réel le statut cardiaque et respiratoire de nos patients. Ainsi nous pouvons à chaque instant adapter non seulement l’anesthésie mais aussi l’analgésie de l’animal qui se fait opérer.

L'anesthésie gazeuse

La plupart des chirurgies se déroulent sous anesthésie gazeuse.

Ce mode d’anesthésie, qui permet un réglage plus fin des doses utilisées, est d’une grande sécurité et rend le réveil des animaux plus rapide. Ainsi, dans la majorité des cas, votre animal arrive le matin vers 9h00 et repart en début d’après-midi vers 15h00.

Une infirmière surveille votre animal, contrôle la profondeur de l’anesthésie, et injecte par voie veineuse de la morphine si besoin pour une prise en charge optimale de la douleur. Cette surveillance se continue jusqu’au réveil complet du patient.